Fin de l’édition 2024 du «leasing social» : quel impact pour les voitures électriques ?

Le Bilan de l’Opération de Location Longue Durée pour Véhicules Électriques de 2024 #

Le 12 février 2024, un communiqué a été annoncé la conclusion de l’initiative de location longue durée, accessible financièrement, dédiée aux véhicules électriques. Cette action, lancée avec l’aval du gouvernement, a recueilli un succès remarquable, avec des demandes franchissant de loin les prévisions initiales.

Un Succès Inattendu

Avec une clôture officialisée, la démarche du «leasing social», offerte aux ménages aux revenus modestes pour la possession d’une voiture électrique à un coût mensuel inférieur à 100 euros, a été plus populaire que prévu. Plus de 90 000 candidatures ont été déposées, et, étonnamment, plus de 50 000 véhicules ont été réservés, alors que les estimations ne comptaient que sur 20 000 à 25 000 unités pour cette première édition.

Des Conditions d’Éligibilité Spécifiques

Cette initiative revêtait une condition de participation liée aux ressources financières des candidats, avec un seuil maximal de 15 400 euros, tout en imposant une utilisation minimale de 8 000 km par an ou de résider à plus de 15 km de leur lieu de travail.

Une Facture S’élevant à 650 Millions d’Euros

La fin prématurée du dispositif pour 2024 s’explique par l’impact des subventions sur les finances publiques. Ayant atteint une dépense gouvernementale de 650 millions d’euros pour soutenir cette offre, ce coût représente une part considérable du budget alloué de 1,5 milliard d’euros destiné non seulement à ce système mais aussi à d’autres aides comme le bonus écologique.

À lire Leasing social des voitures électriques à 100 euros/mois : l’Etat enregistre deux fois plus de commandes pour 2024

Des Impacts sur le Marché Automobile

Les retombées commerciales de cette opération ne sont pas négligeables. Des constructeurs tels que Stellantis, proposant des modèles électriques comme la Peugeot 208 ou le Jeep Avenger, ainsi que Renault avec ses Twingo et Zoé, ont vu leurs immatriculations augmenter. Il est à noter que seule la production européenne était admissible à l’offre, favorisant ainsi quelques modèles fabriqués en France.

Relance et Perspectives

Si la fermeture du dispositif est effective pour l’année 2024, l’Élysée aspire à relancer le «leasing social» fin 2024 pour l’année suivante en augmentant potentiellement le volume de véhicules disponibles. La poursuite du projet dépendra essentiellement de la capacité des constructeurs à répondre à la demande croissante de véhicules électriques fabriqués localement.

À travers cette initiative, l’objectif du gouvernement est de rendre les voitures électriques accessibles, tout en stimulant la production automobile nationale. Toutefois, il reste à équilibrer la générosité de l’État face aux impératifs budgétaires.

La présente synthèse révise et interprète l’article initial paru le 12 février 2024, en offrant une perspective globale sur le «leasing social» et ses conséquences pour le marché des véhicules électriques.

À lire Le leasing social suspendu : décryptage d’un succès aux conséquences inattendues

Audrey Imbert

Bonjour, je m'appelle Audrey, j'ai 64 ans et je suis passionnée par l'actualité politique en France. Bienvenue sur mon site web où je partage mes analyses et opinions sur les événements politiques qui animent notre pays.

le-3943 - Actualité politique est édité de façon indépendante. Soutenez la rédaction en nous ajoutant dans vos favoris sur Google Actualités :