Attention à cette amende méconnue si vous utilisez un caddie de supermarché dans cette ville

Rien de plus pratique que d’utiliser un chariot pour faire ses achats. Cela évite de se fatiguer en portant des sacs, et sa taille permet de transporter de nombreux produits. Cependant, dès leur arrivée, les supermarchés sont confrontés à un problème : les Français abandonnent les chariots n’importe où.

Pour lutter contre ce phénomène, certains supermarchés ont décidé de faire payer l’utilisation des chariots. Il est nécessaire d’insérer un euro pour en disposer et le rapporter au garage pour récupérer la somme. Malgré cela, le problème persiste encore aujourd’hui, avec des chariots abandonnés. Cela a poussé certains maires à prendre des mesures sévères.

Supermarché : la problématique des chariots abandonnés par les consommateurs

La municipalité de Guyancourt, dans les Yvelines, a pris récemment des mesures radicales pour lutter contre la multiplication des chariots de supermarché laissés à l’abandon dans les rues, une pratique critiquée par les habitants en raison de la pollution visuelle croissante.

À lire Pourquoi la jeunesse se tourne vers Jordan Bardella et le RN aux élections européennes ?

Cette initiative est une première dans le département. Les habitants se plaignaient depuis longtemps de la présence envahissante de ces chariots, utilisés de manière inappropriée et laissés à l’abandon un peu partout.

La mairie a donc réagi en mettant en place un arrêté municipal strict. Désormais, toute personne surprise en train de laisser un chariot dans la rue au lieu de le ramener au supermarché où il a été pris devra payer une amende de 135 euros, classée en quatrième classe.

Il est interdit d’abandonner les chariots de supermarché

Cette décision était nécessaire selon la municipalité, consciente que ce problème ancien nécessitait une action concrète. Pour remédier à la situation, elle a lancé une démarche proactive. Face à une utilisation abusive persistante des chariots de supermarché, les habitants ont dénoncé une pollution visuelle de plus en plus problématique. La mairie a ainsi initié un groupe de travail dans le but de trouver des solutions durables pour lutter contre ces comportements incivils récurrents.

Dans le passé, la municipalité avait essayé de collecter les chariots abandonnés pour les rendre aux supermarchés concernés. Cependant, cette approche n’a pas dissuadé les contrevenants, qui ont continué à les abandonner un peu partout.

À lire Qui est le créateur du LR ?

Le problème persiste, avec des chariots éparpillés dans tous les quartiers de la ville, souvent trouvés devant des habitations familiales. Une mère de famille interrogée par Le Parisien a expliqué avoir laissé un chariot rempli, n’ayant d’autre choix que de le ramener chez elle avec ses jeunes enfants.

Une mise en application difficile pour cette mesure ?

L’application de cet arrêté sera un défi, car les verbalisations sont complexes à établir. Consciente de cette difficulté, la mairie n’a pas l’intention de recourir à des constats de flagrance.

Cette mesure dissuasive s’inscrit dans la continuité d’initiatives similaires prises par d’autres municipalités en Île-de-France, comme Montigny-lès-Cormeilles, qui impose une amende de 38 euros pour cette infraction, ou encore la vente de cabas à trois euros pour limiter les dépôts sauvages.

Parallèlement, certaines grandes surfaces ont déjà mis en place des dispositifs pour limiter les abandons de chariots. Par exemple, ils peuvent bloquer les roues des chariots lorsque les clients s’éloignent trop. Ces mesures semblent malheureusement indispensables pour résoudre le problème.

À lire Les partis politiques européens reconnaîtront-ils enfin un Etat palestinien aux élections de 2024 ?

Audrey Imbert

Bonjour, je m'appelle Audrey, j'ai 64 ans et je suis passionnée par l'actualité politique en France. Bienvenue sur mon site web où je partage mes analyses et opinions sur les événements politiques qui animent notre pays.

le-3943 - Actualité politique est édité de façon indépendante. Soutenez la rédaction en nous ajoutant dans vos favoris sur Google Actualités :